Affaire à saisir …

19 septembre 2017

Les années ont passées…

Cave Auberge Napoleon

Frédéric le sommelier

j’ai maintenant l’âge de la retraite (66 ans en novembre), il est temps de laisser la place aux jeunes.

Après 32 ans de bons et loyaux services à l’Auberge Napoléon je me décide à céder mon fond de commerce.

J’aimerais vendre ce fond à un jeune Chef passionné comme nous.

Je laisse tout le matériel, tout le décor, toute la vaisselle, l’argenterie …

même mes chères bouteilles de vin.

Je peux rester quelques temps pour aider à démarrer.

Le repreneur peut travailler immédiatement, tout reste en place.

Et en vous attendant, nous continuons à mettre tout en œuvre pour satisfaire nos clients.

Plus d’infos en direct au  06 22 73 89 05 ou sur place 7 rue Montorge à Grenoble

site internet

Publicités

Offre emploi …

14 février 2016

Auberge Napoléon cherche serveur / serveuse
Disponible rapidement.

35 heures service du soir (16:30—23:00) Du lundi au samedi.

Anglais souhaité.

Expérience restaurant gastronomique.

Déposer CV et lettre de motivation
caby@auberge-napoleon.frlogo-2007

http://www.auberge-napoleon.fr

Félicitations, Auberge Napoleon Restaurant à Grenoble

22 mai 2015

Félicitations, Auberge Napoleon Restaurant !
CINQ FOIS LAURÉAT DU CERTIFICAT D’EXCELLENCE
Au nom de toutes les équipes de TripAdvisor, j’ai le plaisir d’accueillir Auberge Napoleon Restaurant dans le cercle des gagnants Star du Certificat d’Excellence.

Ce titre unique est attribué uniquement aux établissements qui ont reçu un Certificat d’Excellence cinq années consécutives.
Comme vous le savez, le Certificat d’Excellence est le fruit d’avis élogieux publiés régulièrement sur le plus grand site de voyage au monde. tripadvisor

Accords mets et jus de fruits à l’Auberge Napoléon …

15 octobre 2014

NOUVEAU :

les accords mets et jus de fruits sur la carte d’automne 2014

Les entrées

Gâteau de champignon, jus aubier de tilleul 17€
Jus de betterave ou jus de pomme tentation

Rillette de sanglier, guimauve de betterave 19€
Jus de betterave lacto fermenté

Crème et chair de tourteau dans sa carapace 18€
Jus de carotte
Foie gras au cacao, chutney pomme, pain fusette 23
Jus d’abricot

Endive farcie à la mousse de cabillaud,
patate douce au Fenugrec, infusion de gentiane 17€
Jus de carotte

Huitres chaudes pochées sur bâtonnets de radis noir
recouvertes d’une fine tranche de foie gras chaud 25€
Jus de poire Williams

Les poissons

Caviar Français (10g), trois purées de légumes anciens, crème épaisse, blinis noir 39€
Tomate jaune ou myrtille .

Filet de bar ligne, beurre blanc aux cèpes, potiron aux noisettes 35
Jus de pomme reinette

Noix de St Jacques poêlées, sauce citron, millet à l’huile de noix 38
Jus de fruits de la passion

Risotto de homard bleu, tuile au Gruyère de Yenne 41
Jus de carotte

Les viandes

Filet de boeuf Charolais sauce Syrah, purée de Vitelotte 39
Jus de betterave ou jus de framboise

Tournedos Rossini , filet de boeuf , foie gras chaud poêlé 41
Jus de betterave

Tranche de carré de porc Ibérique, foie gras poêlé, lentilles 40
Jus d’orange sanguine

Gourgouillou de caille aux raisins, soupe d’oignon rouge 35
Cocktail de légumes lacto fermenté

Les desserts

Crème brulée au Vin Jaune du Jura 18
Jus de pomme coing

Mousse marron, sirop de cacao, glace caramel beurre salé 18
Jus de figue

Fruits d’hiver au sirop de verveine, riz au lait de riz, glace figue 18
Jus de pomme tentation

Assiette dégustation de cinq desserts chocolat grand cru Bonnat 24
Jus d’abricot

jus de fruits: Patrick Font 42600 St Romain en Jarez
04 77 20 80 23 (publicité gratuite !:)

www.auberge-napoleon.fr 

Un musée dédié à la vie et l’oeuvre de Stendhal ouvrira au coeur de Grenoble.

7 septembre 2012

Le 15 septembre 2012, un musée dédié à la vie et l’oeuvre de Stendhal ouvrira au coeur de Grenoble. L’occasion de rendre un plus large hommage à cet auteur emblématique.

l’Auberge Napoléon s’associe à cet évènement en créant le Menu Stendhal en rouge et noir.

Gelée d’écrevisse aux lentilles noires Béluga

***
Flan de poivron rouge, vinaigrette tiède d’olive noire

***
Granité Chartreuse (de Parme)

***
Magret de canard aux griottes, Boulgour, quinoa rouge et riz noir
***
Fraises au basilic, mousse chocolat noir Bonnat.
Petits fours.

Le menu 55€

Le 2 décembre une sacrée date pour Napoléon !

2 décembre 2010

Le 2 décembre une sacrée date pour Napoléon !

2 décembre 1804

Bonaparte empereur des français
A 35 ans, le premier consul, le général Napoléon Bonaparte, est sacré empereur des Français par le Pape Pie VII et devient Napoléon Ier. A l’issue de la
cérémonie religieuse, qui se déroule en la cathédrale Notre-Dame, le nouveau souverain se couronne lui-même et couronne également son épouse Joséphine de Beauharnais. Il prête serment aux principes de liberté et d’égalité hérités de la révolution. Pendant deux semaines les festivités continueront dans la capitale. Le règne de Napoléon Ier durera jusqu’en 1814

2 décembre 1805

Victoire d’Austerlitz

Un an jour pour jour après son avènement sur le trône de France, Napoléon remporte une bataille décisive lors de la campagne de Prusse près du village
d’Austerlitz. Feignant un repli, il parvient à tromper les troupes de François II d’Autriche et d’Alexandre Ier, tsar de toutes les Russies. Les forces
autro-russes composées de 90 000 hommes, perdent 30 000 soldats. La France quant à elle ne dénombre que 7000 pertes sur 73 000 hommes. Avec la paix de Presbourg signée entre les trois empereurs (France, Autriche et Russie), la France se verra céder la Vénétie et la bavière par françois II.

2 décembre 1985

Ouverture de l’Auberge Napoléon 7 rue Montorge Grenoble par Anne Caby (soeur de Marie-Pierre Troisgros) et Frédéric Caby (premier maitre restaurateur de l’Isère).

Partie de l’article d’Humbert Lazzarotto pour les 20 ans de l’Auberge

(remplacer 20 par 25 pour actualiser !)

Vingt ans: une valeur sûre.
par Humbert Lazzarotto

L’Auberge Napoléon est née, sur son emplacement actuel, décembre 1840.

Elle a connu des transformations avant d’être reprise le 2 décembre 1985 (jour anniversaire du sacre de l’Empereur!) par Anne et Frédéric CABY qui n’ont
conservé de l’établissement que la partie restaurant, en lui conférant une nouvelle image. Depuis cinq ans, Anne s’est tournée vers d’autres activités
professionnelles, mais elle se consacre encore au choix de la vaisselle et des autres ustensiles élégants qui contribuent à ennoblir les arts de la table. On
comprendra que notre chronique, consacrée aux vingt ans de L’Auberge Napoléon soit une célébration. La princesse impériale des fourneaux, c’est Agnès CHOTIN.
Arrivée en 1992 dans ‘établissement comme second de cuisine, elle lui a donné une nouvelle impulsion qu’elle a amplifiée en devenant chef en 1995. Depuis,
elle n’a cessé de s’épanouir en faisant profiter ses préparations de sa maturité, de son expérience, de sa créativité qui lui ont permis d’atteindre un
nouveau palier qualitatif. Agnès CHOTIN élabore une cuisine gastronomique conçue avec rigueur et inventivité, c’est une cuisine de femme aux nuances dont le mystère n’est pas toujours révélé bien qu’on puisse en déceler – de ci, de là la finesse et les trouvailles artistiques. Frédéric CABY, passionné d’œnologie, courtois sans être guindé, aime conseiller le verre de vin en accord avec un
mets, tout en respectant les préférences exprimées par ses hôtes.
La carte des vins (150 références) comprend des flacons (de 25 € à 97 €), et des verres (de 5 € à 9 €). La salle (25 couverts), est rehaussée par une
décoration d’époque due au bon goût d’Anne CABY: aigle impériale, abeilles, portrait de l’Empereur… cohabitent avec la farandole des mois du calendrier
républicain inventé au moment où BONAPARTE émergeait…

Pour les fêtes de fin d’année, propositions de « bons d’invitation » à offrir en cadeau.

Les vins Chevalier Bayard

9 novembre 2010

Un vieux château, un nouveau vin … les deux passions de mon ami Yves Jean …

A l’origine, le château de Bayard était une maison forte situé à Poncharra (Isère) au lieu dit « Bayard ». En régime féodal, le château était la demeure du Seigneur. Pierre Terrail premier du nom, dit « Le Vieux », arrière grand-père de l’illustre chevalier « sans peur et sans reproche », était le vice-châtelain du Seigneur d’Avallon.

Pierre Terrail entreprit dès 1404 la construction de sa demeure, située au lieu dit Bayart à Pontcharra. Même s’il ne s’agissait que d’une maison forte l’édifice qu’il fit élever était pourtant loin d’être négligeable: des illustrations du XIX siècle montrent une demeure protégée par quatre tours rondes, élevées sur trois niveaux de fenêtres à meneaux.

La terrasse donne sur la vallée du Grésivaudan et sa merveilleuse vue, s’ouvrant sur de vastes territoires : les montagnes du Jura, celles du Vercors, du massif de Belledonne, de Chartreuse.

Le fils de Pierre Terrail, Pierre II, prit le titre de Seigneur de Bayard. Dès lors, la maison forte prit officiellement l’appellation de château.

A la mort de Pierre II Terrail en 1465 à Montlhéry, c’est son fils Aymon (1420-1496) qui prit le titre de Seigneur de Bayard et occupa le château. Comme son père et son grand-père, il consacra une bonne partie de sa vie à combattre pour le compte du Roi de France. Le château revint ensuite à Pierre III Terrail, son fils, le célèbre chevalier Bayard. Il est sans doute né et a passé son enfance dans le château et l’occupa lorsqu’il n’était pas en campagne, et notamment lorsqu’il fut nommé Lieutenant-Général du Dauphiné et qu’il administra la province. Après la mort du chevalier, le château passa aux mains de son frère Georges, puis dans celles de la fille de Georges, Françoise, épouse Copier. Elle n’eut pas d’enfant et vendit château et titres en 1559 à un d’Avançon, marié à une fille Alleman. De cette famille, les droits passèrent par mariage aux Simiane de Gordes (1581), puis aux Simiane de la Coste (1677), seigneurs de Montbives et, enfin, aux Noinville (1735).

Louis-Alphonse de Noinville, émigré sous la Révolution française, fut le dernier seigneur de Bayard. Ses biens furent saisis et vendus en 1795. Le château était en ruines depuis longtemps (probablement depuis Françoise Copier). Ses pierres servirent même de matériau de construction pour les habitations des alentours, malgré les protestations de quelques érudits dauphinois.

En 1865, le curé de Grignon, Jean-Baptiste Bertrand, s’y aménage une demeure pour sa retraite en réparant au mieux une partie de la bâtisse, avec l’aide du propriétaire légal.

Aujourd’hui

Le château Bayard n’était que ruines après la Révolution. Restauré à partir de 1890, toujours dans le domaine privé, il abrite depuis 1975 dans deux de ses salles un musée exposant l’histoire du héros.Au logis seigneurial flanqué de 4 tours s’ajoutait un bâtiment d’habitation de trois étages dont il en reste deux, occupés actuellement par le musée. La château subit des dommages lors des guerres de religion et des guerres de frontières delphino-savoyardes, puis du fait de son abandon à la Révolution.

Le château de Bayard a été classé monument historique le 28 janvier 1915.

Le château est actuellement la propriété d’Yves Jean, passionné de vin, qui a su trouver un jeune et talentueux vigneron : Jean Michel Reymond : 4 ans d’étude viticulture œnologique, obtention d’un bac pro, reprise de l’exploitation familiale il est le neveu du bien connu des amateurs d’abymes Pierre Boniface. Jean Michel obtint, d’ailleurs avec ce cépage de blanc de Savoie une médaille d’or au concours de Paris en 2008.

Bayard, « le Chevalier qui a du bon vin « possédait, déjà, à l’époque 5 ha de vigne.

Yves Jean a replanté en 2006 1 ha de vigne (1/3 en blanc, 2/3 en rouge).

Des cépages adaptés au climat, été très chaud, automne froid, monté en sucre rapide (13.5°pour le blanc et 12.5° le rouge).

Persan pour le rouge, cépage historique de la région des Alpes, longtemps oublié le Persan revient, très adapté au climat. Ce 2009 a bénéficié de la meilleur météo possible, doté d’une belle acidité, d’un bel équilibre c’est un vin de garde ! Un rouge fruité, épicé, poivré, adapté à la cuisine Dauphinoise (gratin, champignons …)

Malvoisie pour le blanc, variété de pinot gris venant de méditerranée ou, de suisse sur les bords du Léman. Ici, le blanc Chevalier Bayard est volontairement vinifié avec 5g de sucre résiduel, ce qui lui donne plus de rondeur, une belle adaptation à la gastronomie !

La production est d’environ 8000 bouteilles par an. La culture est raisonnée, rang engazonné, programmation informatique des traitements.

A travers l’étiquette vous pouvez apercevoir le blason de Bayard ou figure une chimère. Adage « ma chimère m’est chère »

Début d’une histoire d’un jeune vigneron (jean Michel Reymond) et du propriétaire du Château Bayard (Monsieur Yves Jean) passionné de vin …a suivre.

yj.vignoble@chevalierbayard.com

Dégustez ces vins à l’Auberge Napoléon de Grenoble,

au chalet restaurant de l’Altiport à l’Alpes d’Huez.

Frédéric Caby www.auberge-napoleon.fr

Baisse de la TVA, un an déja.

30 juillet 2010

 Auberge Napoleon Grenoble

Changement de  prix depuis la baisse de la TVA :

                                         Juin 2009           Juillet 2010

Menu auberge                      39 €                     35€

Menu Dauphinois                57€                      49€

Menu foie gras                     75€                      65€

Carte:

Le foie gras                             22€                     18€

Les ravioles                           14€                      13€

St Jacques                            34€                      33€

Le poisson                            32€                      29€

Omble de fontaine               35€                      25€

Filet de boeuf                        34€                      29€

Pigeon du Vercors              37€                      35€

Tournedos Rossini              39€                      35€

Filet de volaille                    23€                      20€

Crème brûlée                        18€                      13€

Assiette chocolat                  20€                     19€

Chefs solidaires SIDACTION mission accomplit

17 juin 2010

183 restaurants ont participé à la seconde édition des « chefs solidaires » en 2010 contre 50 en 2009. Ils se sont engagés à reverser 10% de leur recette du 10 juin dernier. Cela devrait permettre de réunir 70 000 euros contre 11 000 en 2009. 50 % des fonds nets collectés serviront à soutenir la recherche contre le sida et 50 % à des programmes de prévention et d’aide aux malades. Rendez-vous en 2011.

LES GRANDES TABLES GRENOBLOISES font un petit effort sur la note

7 juin 2010

LES GRANDES TABLES GRENOBLOISES font un petit effort sur la note

GASTRONOMIE L’opération « Tous au restaurant » se déroule cette semaine

Dès aujourd’hui et jusqu’à dimanche, l’opération « Tous au restaurant » permet aux non-initiés de découvrir, à Grenoble comme partout en France, des tables gastronomiques à petits prix : 20,10 € à midi, 35 € maximum le soir.

Promouvoir la diversité de la restauration française
Jérémy Bremet, Grenoblois de 25 ans, a ainsi réservé à l’Auberge Napoléon, dont les prix lui semblaient jusque-là « trop élevés ». Il poussera donc pour la première fois la porte du célèbre établissement de la rue Montorge, pour déguster une soupe aux écrevisses, un flan d’asperge sauce aux morilles, un filet de pintade au beaufort et un crémet des Alpes. « J’ai hâte de voir ce que donne l’approche féminine de la chef Agnès Chotin », lance ce gastronome. Quant à Hugues Deremez, déjà client, il en profitera pour faire découvrir cette adresse à des amis.
Frédéric Caby, maître restaurateur de l’Auberge Napoléon, n’avait cependant pas attendu l’opération pour baisser ses prix : « En fait, j’ai créé le menu à 35 € lors de la baisse de la TVA, avoue-t-il. Certains sont déçus de l’apprendre, pensant faire une affaire. »
Aux Archers, rue du Docteur-Bailly, le directeur Karim Lamarre, qui ne proposait qu’un tarif à la carte, profite de l’opération pour tester une formule de menu, « avec ficelle de foie gras, pavé de morue et parfait à la chartreuse. »
Mais cette semaine vise aussi à faire connaître la diversité de la restauration française. Ainsi, parmi la douzaine d’établissements qui y participent en Isère, certains sont de catégorie plus modeste. Ils sont cependant tenus par les organisateurs de proposer un menu différent ou moins cher, comprenant par exemple une boisson. A La Panse, rue de la Paix, Jean-Luc Delabaere prépare ainsi un repas du soir à 30 €, deux verres de vin inclus. Il promet que celui-ci devrait surprendre ses habitués… Quant au Bistrot Romain, place Grenette, il a conçu un menu complet « sortant de l’ordinaire ». Huit jours : cela laisse le temps de tout tester… W

Véronique Vigne-Lepage