Posts Tagged ‘auberge’

Un musée dédié à la vie et l’oeuvre de Stendhal ouvrira au coeur de Grenoble.

7 septembre 2012

Le 15 septembre 2012, un musée dédié à la vie et l’oeuvre de Stendhal ouvrira au coeur de Grenoble. L’occasion de rendre un plus large hommage à cet auteur emblématique.

l’Auberge Napoléon s’associe à cet évènement en créant le Menu Stendhal en rouge et noir.

Gelée d’écrevisse aux lentilles noires Béluga

***
Flan de poivron rouge, vinaigrette tiède d’olive noire

***
Granité Chartreuse (de Parme)

***
Magret de canard aux griottes, Boulgour, quinoa rouge et riz noir
***
Fraises au basilic, mousse chocolat noir Bonnat.
Petits fours.

Le menu 55€

Publicités

Les vins Chevalier Bayard

9 novembre 2010

Un vieux château, un nouveau vin … les deux passions de mon ami Yves Jean …

A l’origine, le château de Bayard était une maison forte situé à Poncharra (Isère) au lieu dit « Bayard ». En régime féodal, le château était la demeure du Seigneur. Pierre Terrail premier du nom, dit « Le Vieux », arrière grand-père de l’illustre chevalier « sans peur et sans reproche », était le vice-châtelain du Seigneur d’Avallon.

Pierre Terrail entreprit dès 1404 la construction de sa demeure, située au lieu dit Bayart à Pontcharra. Même s’il ne s’agissait que d’une maison forte l’édifice qu’il fit élever était pourtant loin d’être négligeable: des illustrations du XIX siècle montrent une demeure protégée par quatre tours rondes, élevées sur trois niveaux de fenêtres à meneaux.

La terrasse donne sur la vallée du Grésivaudan et sa merveilleuse vue, s’ouvrant sur de vastes territoires : les montagnes du Jura, celles du Vercors, du massif de Belledonne, de Chartreuse.

Le fils de Pierre Terrail, Pierre II, prit le titre de Seigneur de Bayard. Dès lors, la maison forte prit officiellement l’appellation de château.

A la mort de Pierre II Terrail en 1465 à Montlhéry, c’est son fils Aymon (1420-1496) qui prit le titre de Seigneur de Bayard et occupa le château. Comme son père et son grand-père, il consacra une bonne partie de sa vie à combattre pour le compte du Roi de France. Le château revint ensuite à Pierre III Terrail, son fils, le célèbre chevalier Bayard. Il est sans doute né et a passé son enfance dans le château et l’occupa lorsqu’il n’était pas en campagne, et notamment lorsqu’il fut nommé Lieutenant-Général du Dauphiné et qu’il administra la province. Après la mort du chevalier, le château passa aux mains de son frère Georges, puis dans celles de la fille de Georges, Françoise, épouse Copier. Elle n’eut pas d’enfant et vendit château et titres en 1559 à un d’Avançon, marié à une fille Alleman. De cette famille, les droits passèrent par mariage aux Simiane de Gordes (1581), puis aux Simiane de la Coste (1677), seigneurs de Montbives et, enfin, aux Noinville (1735).

Louis-Alphonse de Noinville, émigré sous la Révolution française, fut le dernier seigneur de Bayard. Ses biens furent saisis et vendus en 1795. Le château était en ruines depuis longtemps (probablement depuis Françoise Copier). Ses pierres servirent même de matériau de construction pour les habitations des alentours, malgré les protestations de quelques érudits dauphinois.

En 1865, le curé de Grignon, Jean-Baptiste Bertrand, s’y aménage une demeure pour sa retraite en réparant au mieux une partie de la bâtisse, avec l’aide du propriétaire légal.

Aujourd’hui

Le château Bayard n’était que ruines après la Révolution. Restauré à partir de 1890, toujours dans le domaine privé, il abrite depuis 1975 dans deux de ses salles un musée exposant l’histoire du héros.Au logis seigneurial flanqué de 4 tours s’ajoutait un bâtiment d’habitation de trois étages dont il en reste deux, occupés actuellement par le musée. La château subit des dommages lors des guerres de religion et des guerres de frontières delphino-savoyardes, puis du fait de son abandon à la Révolution.

Le château de Bayard a été classé monument historique le 28 janvier 1915.

Le château est actuellement la propriété d’Yves Jean, passionné de vin, qui a su trouver un jeune et talentueux vigneron : Jean Michel Reymond : 4 ans d’étude viticulture œnologique, obtention d’un bac pro, reprise de l’exploitation familiale il est le neveu du bien connu des amateurs d’abymes Pierre Boniface. Jean Michel obtint, d’ailleurs avec ce cépage de blanc de Savoie une médaille d’or au concours de Paris en 2008.

Bayard, « le Chevalier qui a du bon vin « possédait, déjà, à l’époque 5 ha de vigne.

Yves Jean a replanté en 2006 1 ha de vigne (1/3 en blanc, 2/3 en rouge).

Des cépages adaptés au climat, été très chaud, automne froid, monté en sucre rapide (13.5°pour le blanc et 12.5° le rouge).

Persan pour le rouge, cépage historique de la région des Alpes, longtemps oublié le Persan revient, très adapté au climat. Ce 2009 a bénéficié de la meilleur météo possible, doté d’une belle acidité, d’un bel équilibre c’est un vin de garde ! Un rouge fruité, épicé, poivré, adapté à la cuisine Dauphinoise (gratin, champignons …)

Malvoisie pour le blanc, variété de pinot gris venant de méditerranée ou, de suisse sur les bords du Léman. Ici, le blanc Chevalier Bayard est volontairement vinifié avec 5g de sucre résiduel, ce qui lui donne plus de rondeur, une belle adaptation à la gastronomie !

La production est d’environ 8000 bouteilles par an. La culture est raisonnée, rang engazonné, programmation informatique des traitements.

A travers l’étiquette vous pouvez apercevoir le blason de Bayard ou figure une chimère. Adage « ma chimère m’est chère »

Début d’une histoire d’un jeune vigneron (jean Michel Reymond) et du propriétaire du Château Bayard (Monsieur Yves Jean) passionné de vin …a suivre.

yj.vignoble@chevalierbayard.com

Dégustez ces vins à l’Auberge Napoléon de Grenoble,

au chalet restaurant de l’Altiport à l’Alpes d’Huez.

Frédéric Caby www.auberge-napoleon.fr

Les menus changent à l’auberge napoleon

25 avril 2010

MENU AUBERGE 35 €

Soupe aux écrevisses et petits pois

Crayfish soup with garden pea

***

Flan d’asperge, sauce aux morilles

Pudding of asparagus, morels sauce

***

Filet de pintade pané au Beaufort, fèves au jambon cru séché  et estragon

Guinea fowl fillet breaded in Beaufort, beans with dried ham and tarragon

***

Crémet des Alpes, sorbet myrtille, pogne de Romans toastée

Soft white cheese mousse, blueberry sorbet, brioche from Romans toasted

Petits fours

 

MENU SAVEURS DAUPHINOISES 49€

Ravioles de la Mère Maury à l’ail des ours de Noyarey

 Flour pasta stuffed with fresh cheese and herbs,, sauvage garlic 

***

Saumon de fontaine de Réaumont à la Grenobloise, polenta

Brouk trout, capper, butter sauce, semolina cake

***

Granité Chartreuse

Chartreuse granita

***

Demi-pigeon du Vercors en aigre doux, foie gras chaud, crêpe de carotte et pissenlit confit

Pigeon fillet, carrot and dandelion pancake,  hot foie gras

***

Crème brulée à la réglisse Antésite de Voiron

Licorice crème brulée

 

MENU FOIE GRAS DE CANARD 75€

Espuma de foie gras, galettes de pois chiche

Foie gras mousse, cake flour of chickpea

***

Foie gras de canard aux amandes, gelée d’abricot et Sauternes

Foie gras  with almond , apricot and Sauternes jelly

 ***

Pastilla de foie gras aux fruits de la passion

Pastilla with foie gras and passion fruit sauce

 ***

Foie gras chaud poêlé , pommes-rhubarbe et jus de coing

Hot foie gras, apples-rhubarb and quince juice

 ***

Glace foie gras, verrine de chocolat au caramel

Foie gras ice cream, moist chocolate, caramel

 

Vous avez une bouteille de Grand Cru et ne savez pas comment en profiter ?

9 mars 2010

 

 

Cave Auberge Napoleon

Frédéric le sommelier

Vous avez une bouteille de Grand Cru et ne savez pas comment en profiter ?

Nous vous proposons de sélectionner un beau flacon dans votre cave et de venir le déguster a l’Auberge Napoléon.*

Frédéric Caby notre sommelier, se fera un plaisir de vous conseiller nos plats se mariant le mieux avec votre vin.

*Droit de bouchon : 15 euros/bouteille.

 

 

PORTRAITS D’ISERE Catherine Balet (photo) . Najett Maatougui (texte)

26 juin 2009

portraits-isere2Agnès Chotin
Chef cuisinier
Régner en chef incontesté sur un haut lieu de la gastronomie grenobloise – Napoléon lui même y dîna -, il y a de quoi s’enorgueillir ! Agnès Chotin, elle, résiste à cette tentation. Elle se demande même pourquoi on s’interesse à elle.  » Ce qui compte avant tout, c’est ma cuisine. Je veux juste que les gens l’apprécient. » Pour cette jeune femme réservée et discrète, pas question de tour de salle en fin de service pour recevoir les félicitations des clients, comme c’est la coutume pour les grands chefs. « Ceux qui veulent me parler, je les invite dans ma cuisine, je trouve ça plus naturel. » Peut-être plus confortable aussi. Cette cuisine c’est son territoire. Et quand les clients viennent lui témoigner leur reconnaissance ? « C’est ma plus belle récompense » , confie-t-elle avec une pointe d’émotion. Voila maintenant quinze ans qu’Agnès Chotin oeuvre au fourneaux de l’auberge Napoléon. Sa marque de fabrique ? Chacun des menus qu’elle propose fait la part belle aux produits frais de saison. Elle aime aussi travailler les vieux légumes, « les légumes oubliés ». Elle s’est même récemment lancée dans une formation de naturopathe. « Je crois véritablement aux bienfaits d’une certaine alimentation pour la santé », explique-t-elle. Son ambition est de créer , un jour, une cuisine qui composerait avec des herbes ou des plantes à la saveur subtile pour le palais et aux vertus certaines pour le corps.
Agnès Chotin fait ses emplettes auprès des producteurs situés dans le Y grenoblois qui répondent aux critères de qualité qu’elle exige pour sa cuisine. Elle est aussi une fidèle du marché Hoche où se fournissent les restaurants gastronomiques de la régionet quelques particuliers des plus intraitables sur la qualité des produits. « Nous avons la chance d’avoir ici une agriculture biologique importante, indique Agnès Chotin. Quand ce n’est pas bio, c’est de l’agriculture raisonnée. » C’est-à-dire une agriculture n’employant des angrais qu’en tout dernier recours.
L’autre passion d’Agnès Chotin, si elle a un lien direct avec les richesses naturelles de l’Isère , n’en est pas moins surprenante. Depuis 1992, elle pratique le side-car. Il est vrai qu’elle en a une conception plus bucolique que sportive. « La différence avec la moto, précise-t-elle, c’est l’esprit plus familial mais aussi plus sage du side-car. »
A l’origine, le side-car était un panier d’osier à roulettes, charrié par une moto. C’est à cette tradition qu’elle se réfère. régulièrement, avec des amis et leurs enfants – elle, ce sont ses deux chats qui l’accompagnent -, Agnès Chotin concocte des ballades champêtres, un peu comme elle compose ses menus, et consacre son temps de loisir à sillonner le département. Elle aime se ballader dans les Gorges de la Bourneet près des lacs (Achard, Lauvitel). Discrète mais baroudeuse, minutieuse mais éprise de liberté, Agnès Chotin est une femme tout en contraste. Et sa cuisine est à son image : simple et raffinée à la fois, authentique et originale. Une cuisine plus que savoureuse, belle.

Baisse de TVA, baisse des prix au restaurant

9 juin 2009

Affichage des anciens prix et des nouveaux prix réduit :logo N2007 - Copie

Les entrées :                                                                                  

Gâteau de foie de volaille, coulis de tomate   12    11

Crème et chair de tourteau en carapace    17   14

Ravioles du Dauphiné  au pistou de noix 14    13

Foie gras en truffe de cacao, gelée de Porto , pain fusette 22  19

  Les poissons :

 St Jacques au magret fumé, carotte au curcuma,infusion d’épices douces 34    32

Filet de cabillaud au piment d’Espelette,   coulis de poivron au chorizo, brandade de morue croustillante, quinoa aux zestes de pamplemousse  32    29

Saumon de fontaine à la Grenobloise, polenta aux fruits   29    26

Les viandes :

 

Filet de bœuf * sauce Mondeuse, pomme de terre écrasée               34  29

Pigeon d’Autrans désossé, tranche de foie gras chaud poêlé crêpe de haricot Azukis à la fève de tonka, jus de betterave truffé    37    36

Véritable tournedos Rossini, filet de bœuf*, foie gras poêlé,  truffe   39    36

Entrecôte* poêlée, sauce Béarnaise, gratin dauphinois   23 

Andouillette de Troyes diplôme AAAA, gratin Dauphinois    23   22

Les desserts :

Assiette de dégustation de cinq desserts  chocolat    20    19

Nage de cerise, glace à la Kriek 18

Crème brulée à la Chartreuse        18   16

Fraise Melba, glace vanille et chantilly myrtille   16

 * viande origine France

Le café gourmand passe de 3 à 2€

La bouteille d’eau de 6 à 5€

Le verre de vin de 5 à 4€

les menus:

menu auberge de 39 à 35€

menu poisson et crustacés de 75 à 69€

le menu crise avant baisse de TVA

24 avril 2009

L'Auberge Napoléon en 1930

L'Auberge Napoléon en 1930

Menu Auberge comme autrefois à 39 €

 

 
Soupe à l’oignon
***
Gateau de foie de volaille, coulis de tomate

***
Tête de veau sauce gribiche, pomme vapeur
ou
Entrecote sauce Béarnaise, gratin dauphinois
***
Poire belle Hélène
***
Petits fours

La salle à manger
La salle à manger

Présentation Auberge Napoléon

29 novembre 2008

logo-2007L’Auberge Napoléon représente une valeur sûre dans la restauration gastronomique de Grenoble. Son Chef talentueux, Agnès Chotin, prépare une cuisine nuancée et inventive. Une cuisine de femme dont la délicatesse se pare de mystérieuses trouvailles.

Frédéric Caby le patron-sommelier, vous recevra avec une courtoisie souriante et prévenance, simplicité de ton et aura plaisir à vous conseiller un vin en accord avec les mets choisis .

La salle avec un nombre de couverts volontairement limité se signale par un confort étudié et agréable. L’Auberge Napoléon fait partie des restaurants les plus originaux et les plus réputés de Grenoble.

Présentation menu et réservation sur www.auberge-napoleon.fr