Posts Tagged ‘auberge napoleon’

Félicitations, Auberge Napoleon Restaurant à Grenoble

22 mai 2015

Félicitations, Auberge Napoleon Restaurant !
CINQ FOIS LAURÉAT DU CERTIFICAT D’EXCELLENCE
Au nom de toutes les équipes de TripAdvisor, j’ai le plaisir d’accueillir Auberge Napoleon Restaurant dans le cercle des gagnants Star du Certificat d’Excellence.

Ce titre unique est attribué uniquement aux établissements qui ont reçu un Certificat d’Excellence cinq années consécutives.
Comme vous le savez, le Certificat d’Excellence est le fruit d’avis élogieux publiés régulièrement sur le plus grand site de voyage au monde. tripadvisor

Publicités

Le 2 décembre une sacrée date pour Napoléon !

2 décembre 2010

Le 2 décembre une sacrée date pour Napoléon !

2 décembre 1804

Bonaparte empereur des français
A 35 ans, le premier consul, le général Napoléon Bonaparte, est sacré empereur des Français par le Pape Pie VII et devient Napoléon Ier. A l’issue de la
cérémonie religieuse, qui se déroule en la cathédrale Notre-Dame, le nouveau souverain se couronne lui-même et couronne également son épouse Joséphine de Beauharnais. Il prête serment aux principes de liberté et d’égalité hérités de la révolution. Pendant deux semaines les festivités continueront dans la capitale. Le règne de Napoléon Ier durera jusqu’en 1814

2 décembre 1805

Victoire d’Austerlitz

Un an jour pour jour après son avènement sur le trône de France, Napoléon remporte une bataille décisive lors de la campagne de Prusse près du village
d’Austerlitz. Feignant un repli, il parvient à tromper les troupes de François II d’Autriche et d’Alexandre Ier, tsar de toutes les Russies. Les forces
autro-russes composées de 90 000 hommes, perdent 30 000 soldats. La France quant à elle ne dénombre que 7000 pertes sur 73 000 hommes. Avec la paix de Presbourg signée entre les trois empereurs (France, Autriche et Russie), la France se verra céder la Vénétie et la bavière par françois II.

2 décembre 1985

Ouverture de l’Auberge Napoléon 7 rue Montorge Grenoble par Anne Caby (soeur de Marie-Pierre Troisgros) et Frédéric Caby (premier maitre restaurateur de l’Isère).

Partie de l’article d’Humbert Lazzarotto pour les 20 ans de l’Auberge

(remplacer 20 par 25 pour actualiser !)

Vingt ans: une valeur sûre.
par Humbert Lazzarotto

L’Auberge Napoléon est née, sur son emplacement actuel, décembre 1840.

Elle a connu des transformations avant d’être reprise le 2 décembre 1985 (jour anniversaire du sacre de l’Empereur!) par Anne et Frédéric CABY qui n’ont
conservé de l’établissement que la partie restaurant, en lui conférant une nouvelle image. Depuis cinq ans, Anne s’est tournée vers d’autres activités
professionnelles, mais elle se consacre encore au choix de la vaisselle et des autres ustensiles élégants qui contribuent à ennoblir les arts de la table. On
comprendra que notre chronique, consacrée aux vingt ans de L’Auberge Napoléon soit une célébration. La princesse impériale des fourneaux, c’est Agnès CHOTIN.
Arrivée en 1992 dans ‘établissement comme second de cuisine, elle lui a donné une nouvelle impulsion qu’elle a amplifiée en devenant chef en 1995. Depuis,
elle n’a cessé de s’épanouir en faisant profiter ses préparations de sa maturité, de son expérience, de sa créativité qui lui ont permis d’atteindre un
nouveau palier qualitatif. Agnès CHOTIN élabore une cuisine gastronomique conçue avec rigueur et inventivité, c’est une cuisine de femme aux nuances dont le mystère n’est pas toujours révélé bien qu’on puisse en déceler – de ci, de là la finesse et les trouvailles artistiques. Frédéric CABY, passionné d’œnologie, courtois sans être guindé, aime conseiller le verre de vin en accord avec un
mets, tout en respectant les préférences exprimées par ses hôtes.
La carte des vins (150 références) comprend des flacons (de 25 € à 97 €), et des verres (de 5 € à 9 €). La salle (25 couverts), est rehaussée par une
décoration d’époque due au bon goût d’Anne CABY: aigle impériale, abeilles, portrait de l’Empereur… cohabitent avec la farandole des mois du calendrier
républicain inventé au moment où BONAPARTE émergeait…

Pour les fêtes de fin d’année, propositions de « bons d’invitation » à offrir en cadeau.

Baisse de la TVA, un an déja.

30 juillet 2010

 Auberge Napoleon Grenoble

Changement de  prix depuis la baisse de la TVA :

                                         Juin 2009           Juillet 2010

Menu auberge                      39 €                     35€

Menu Dauphinois                57€                      49€

Menu foie gras                     75€                      65€

Carte:

Le foie gras                             22€                     18€

Les ravioles                           14€                      13€

St Jacques                            34€                      33€

Le poisson                            32€                      29€

Omble de fontaine               35€                      25€

Filet de boeuf                        34€                      29€

Pigeon du Vercors              37€                      35€

Tournedos Rossini              39€                      35€

Filet de volaille                    23€                      20€

Crème brûlée                        18€                      13€

Assiette chocolat                  20€                     19€

LES GRANDES TABLES GRENOBLOISES font un petit effort sur la note

7 juin 2010

LES GRANDES TABLES GRENOBLOISES font un petit effort sur la note

GASTRONOMIE L’opération « Tous au restaurant » se déroule cette semaine

Dès aujourd’hui et jusqu’à dimanche, l’opération « Tous au restaurant » permet aux non-initiés de découvrir, à Grenoble comme partout en France, des tables gastronomiques à petits prix : 20,10 € à midi, 35 € maximum le soir.

Promouvoir la diversité de la restauration française
Jérémy Bremet, Grenoblois de 25 ans, a ainsi réservé à l’Auberge Napoléon, dont les prix lui semblaient jusque-là « trop élevés ». Il poussera donc pour la première fois la porte du célèbre établissement de la rue Montorge, pour déguster une soupe aux écrevisses, un flan d’asperge sauce aux morilles, un filet de pintade au beaufort et un crémet des Alpes. « J’ai hâte de voir ce que donne l’approche féminine de la chef Agnès Chotin », lance ce gastronome. Quant à Hugues Deremez, déjà client, il en profitera pour faire découvrir cette adresse à des amis.
Frédéric Caby, maître restaurateur de l’Auberge Napoléon, n’avait cependant pas attendu l’opération pour baisser ses prix : « En fait, j’ai créé le menu à 35 € lors de la baisse de la TVA, avoue-t-il. Certains sont déçus de l’apprendre, pensant faire une affaire. »
Aux Archers, rue du Docteur-Bailly, le directeur Karim Lamarre, qui ne proposait qu’un tarif à la carte, profite de l’opération pour tester une formule de menu, « avec ficelle de foie gras, pavé de morue et parfait à la chartreuse. »
Mais cette semaine vise aussi à faire connaître la diversité de la restauration française. Ainsi, parmi la douzaine d’établissements qui y participent en Isère, certains sont de catégorie plus modeste. Ils sont cependant tenus par les organisateurs de proposer un menu différent ou moins cher, comprenant par exemple une boisson. A La Panse, rue de la Paix, Jean-Luc Delabaere prépare ainsi un repas du soir à 30 €, deux verres de vin inclus. Il promet que celui-ci devrait surprendre ses habitués… Quant au Bistrot Romain, place Grenette, il a conçu un menu complet « sortant de l’ordinaire ». Huit jours : cela laisse le temps de tout tester… W

Véronique Vigne-Lepage

Tous au restaurant du 7 au 13 juin

28 mai 2010
Chers gourmandes et gourmands,

 

 

 Il y a de la fête dans l’air ! Du 7 au 13 juin, dans toute la France, près de sept cents restaurateurs vous attendent pour vous faire partager leur passion de la bonne cuisine.Car c’est de cela qu’il s’agit : la découverte de saveurs, la rencontre, les moments partagés.

Ce grand événement témoigne du dynamisme de notre profession.

Près de sept cents restaurants, cela fait un bel échantillon de la variété de notre savoir-faire culinaire. “ Tous au Restaurant ” apporte ainsi la preuve éclatante de la créativité et de la vitalité de la restauration en France.

La fête des restaurants sera la fête de tous. Chacun la célèbrera à sa façon, en toute liberté. Cette grande manifestation donnera à tout le monde une occasion magnifique de découvrir

de nouvelles tables. Telle est vraiment notre intention : faire de “ Tous au Restaurant ” un rendez-vous populaire et

généreux. Donner aux gens l’envie de sortir, de pousser la porte de nos établissements pour apprécier de nouvelles

saveurs et ambiances. Et passer un grand moment de bonheur.

Laurent PLANTIER

Directeur général d’Alain Ducasse Entreprise.

L’auberge Napoleon de Grenoble participe pour le diner menu 35€.

SIDACTION : Chefs solidaires

28 mai 2010
Sidaction et auberge Napoleon à Grenoble le 10 juin 2010.

L’opération ‘Les Chefs solidaires’ est avant tout la mobilisation des professionnels de la restauration.
 
L’objectif est de créer un événement de solidarité en faveur des personnes vivant avec le VIH/sida. Elle repose sur un principe simple : inviter le public à réserver une table dans un des restaurants participant à l’opération, ce qui permet à la fois à ces derniers d’augmenter leur chiffre d’affaires, et surtout de reverser 10% de la recette de la soirée à Sidaction.
 
Faire bénéficier les personnes vivant avec le VIH en France comme à l’étranger, d’une alimentation saine et équilibrée, prendre en compte les problèmes nutritionnels spécifiques qu’elles rencontrent, font partie des missions de Sidaction.
Pour Sidaction, il est donc important de faire appel aux restaurateurs. Au-delà de la collecte de fonds et de la médiatisation de l’opération, « Les chefs solidaires » permettront de sensibiliser un large public à la lutte contre le sida, de faire comprendre que ce combat est l’affaire de tous, et de mettre en avant la solidarité des professionnels de la restauration.
 
Les dons effectués par les professionnels de la restauration ouvrent droit à une réduction de leur impôt sur les sociétés ou de leur impôt sur les revenus égale à 60% du don dans la limité de 0,5% du chiffre d’affaires.
 
Professionnels de la restauration, inscrivez-vous en envoyant vos coordonnées à l’adresse suivante:  chefssolidaires@sidaction.org

Sidaction, chefs solidaires

TROPHEES LCL 2009

11 décembre 2009
La troisième édition du « Trophée LCL des femmes qui font bouger la région », réalisée avec les quotidiens régionaux du groupe Est Républicain, dont le Dauphiné Libéré, a révélé hier, au siège grenoblois de LCL, la personnalité retenue en Isère, par les lecteurs du Dauphiné Libéré.

Il s’agit en effet de montrer la place croissante des femmes à des responsabilités de premier plan dans notre région. Et, en l’occurrence, six femmes de talents, reconnues chacune dans leur domaine d’excellence, étaient encore en lice pour cette dernière ligne droite, après une présélection effectuée par notre jury.

Hier soir, la lauréate iséroise retenue par nos lecteurs, et appelée ainsi à succéder à Jeannie Longo, élue l’an dernier, est Françoise Carpentier, Chef du service des urgences du CHU de Grenoble. Cette spécialiste de la prise en charge dans… l’urgence, a d’ailleurs immédiatement dédié cette distinction « à toute une équipe, dont beaucoup, d’ailleurs, sont des femmes. C’est un métier où l’on ne peut travailler tout seul, particulièrement exigeant, pour lequel il est nécessaire de mettre en œuvre de larges connaissances ». Le chèque de 10 000 euros que lui a remis François Lasnier,

régional de LCL, en présence de Henri-Pierre Guilbert, Pdg du Dauphiné Libéré et Jean-Pierre Souchon, rédacteur en chef, « sera remis à Locomotive, une association grenobloise dont l’action me tient particulièrement à cœur, puisqu’elle se consacre aux enfants malades et à leurs parents « .

Six candidates passionnées

« Vous êtes toutes des personnalités passionnées et vous avez accepté de relever le challenge que nous vous avions proposé », avait tenu à préciser Jean-Pierre Souchon, en présentant les candidates.

Passionnées, c’est en effet bien ce qui caractérise les cinq autres élues au trophée.

Ainsi, Catherine Candela, directrice d’Air Liquide à Sassenage, est à la tête d’une équipe de spécialistes qui travaillent autant sur le LHC du Cern de Genève, que sur la fusée Ariane. Agnès Chotin, chef de l’Auberge Napoléon à Grenoble, sait faire éclore les plus fameux mariages de saveurs au sommet de la gastronomie française. Mélina Robert-Michon, après trois jeux olympiques, s’apprête à défendre à nouveau les couleurs de la France aux JO de Londres 2012 au lancer de disque. Annie Goury, présidente des Femmes Chefs d’Entreprise en Isère, et directrice d’Ovalis Consultants, porte la représentativité des femmes dirigeantes dans toutes les instances. Et Chantal Spillemaecker, Conservateur en chef au musée dauphinois et directrice du Musée Berlioz à La Côte Saint-André, place l’art au premier rang du patrimoine de l’Isère.

Offrez le restaurant en cadeau.

4 décembre 2009

Offrir un bon repas au restaurant sans y être, c’est possible !

Grâce au « chèque gastronomie », offrez un cadeau unique et personnalisé : Un repas gastronomique à l’Auberge Napoléon.
De la valeur de votre choix, ce chèque permet aux heureux destinataires de goûter la cuisine d’Agnès.

Si vous désirez de plus amples renseignements sur le « chèque gastronomie » veuillez me contacter au 04 76 87 53 64 ou posez vos questions dans la rubrique contact du site http://www.auberge-napoleon.fr

Vous pouvez offrir un de ces menus, ajouter des boissons (verre de vin 4 euros, café 2 euros, coupe de Champagne 9 euros …)
Menu Auberge comme autrefois 35 euros
Soupe à l’oignon
***
Gateau de foie de volaille, coulis de tomates
***
Entrecote sauce Béarnaise, gratin dauphinois
ou
Andouillette de Troyes, gratin dauphinois
***
Oeuf à la neige, crème anglaise à la praline
Petits fours
Menu saveurs Dauphinoises 49 euros
Ravioles du dauphiné aux champignons, vin Jaune
***
Saumon de fontaine de Réaumon à la Grenobloise
***
Granité Antésite de Voiron
***
Pigeon d’Autrans, tranche de  foie gras poêlée
***
Crème brulée à la Chartreuse
Petits fours
Menu foie gras de canard 75 euros
Fine tranche de foie gras fondant sur huitre pochée
***
Foie gras aux éclats de noisette, gelée de Porto
***
Pastilla de foie gras aux fruits de la passion
***
Foie gras poêlé sur un risotto aux morilles
***
Glace foie gras, mousse marron, gelée au café et poire pochée.
Petits fours

Les Affiches de Grenoble, auberge napoléon cuisine impériale

4 septembre 2009

afficheschefAuberge Napoléon,

à Grenoble

Une cuisine impériale

par Philippe de Cantenac

Les Affiches de Grenoble et du Dauphiné vendredi 4 septembre 2009.

Adresse incontournable de la haute gastronomie grenobloise, l’Auberge Napoléon aborde cette rentrée avec un cadre entièrement rénové et un titre envié de « Maitre Restaurateur » décerné en 2008 et qui fait la fierté, légitime, de Frédéric CABY et son équipe. Bref, c’est le moment de redécouvrir la cuisine toute en finesse de la jeune chef Agnès CHOTIN.

Un intérieur cossu qui vient de s’offrir un coup de jeune dans des tons plus clairs, de belles tables rondes, espacées et conviviales, un plafond travaillé, un lustre imposant et de large miroirs, le cadre de l’Auberge Napoléon respire la classe et le confort. Sur les murs, en hommage à Napoléon qui fréquenta jadis les lieux, les noms des mois du calendrier républicain évoquent la Convention, qui, en 1792, divisa l’année en douze mois de trente jours aux noms ô combien poétiques comme Floréal, Thermidor ou encore Fructidor.

On retrouve d’ailleurs un peu de cette poésie dans la cuisine d’Agnès Chotin, déclinée dès le premier menu « Comme autrefois » aujourd’hui proposé à 35 euros au lieu de 39 au printemps dernier, changement de TVA oblige. Pour ce tarif-là vous avez droit, s’il vous plait, à quatre plats, dont un gâteau de foie de volaille, coulis de tomate onctueux et goûteux, finement épicé, et une entrecôte béarnaise, gratin dauphinois.

La carte des entrées offre une farandole de gourmandise de 9 à 19 euros, telle cette crème et chair de tourteau en carapace, à 11 euros, une entrée somptueuse, exceptionnelle même, alliant finesse, puissance et délicatesse, aussi bien dans sa texture que dans ses saveurs intense. Un must! A moins que vous ne préfériez opter pour le foie gras en truffe de cacao, gelée de Porto, pain fusette à 19 euros.

Les poissons sont à 26 euros pour le saumon de fontaine à la grenobloise, polenta aux fruits, à 29 euros pour le filet de cabillaud au piment d’Espelette, coulis de poivron au chorizo, brandade de morue croustillante, quinoa aux zestes de pamplemousse, un cabillaud cuit à la perfection toute chirurgicale.

Les amateurs de bonne viande se régaleront d’un filet de bœuf sauce mondeuse, pomme de terre écrasée, un plat simple mais qui peut s’appuyer sur une d’une exceptionnelle qualité, un tournedos Rossini à 36 euros, ou un pigeon d’Autrans désossé, tranche de foie gras chaud poêlé, crêpe de haricots Azukis à la fève de Tonka, jus de betterave truffé à 36 euros. Une symphonie des  goûts et des arômes. Droits sans leurs bottes, les desserts ont le doigt sur la couture du pantalon comme cette assiette de dégustation de cinq desserts chocolat, du plus doux au plus corsé, et présenté de bien belle manière ! Loin, loin de la morne Plaine de Waterloo, la cuisine d’Agnès CHOTIN sonne au contraire le tocsin de la révolte culinaire, de quoi voir venir pluviôse et ventôse la fleur au fusil !

Evidemment le livre de cave est à la hauteur de cette cuisine et propose quelques fleurons de la viticulture hexagonale comme ce Vin jaune de la Fruitière de Voiteur à 10 euros le verre, ce Quarts de Chaume de chez BAUMARD à 97€ le 1989, le Condrieu de Pierre Gaillard à 77 euros, les Fiefs de Lagrange 2004 à 57 euros ou, plus simplement le Crozes-Hermitage de Yann CHAVE à 32 euros le 2006. Frédéric CABY qui virevolte de table en table , ne s’interdit pas, bien au contraire, de vous proposer »au débotté » quelques propositions de vins au verre tout droit sortis de son chapeau, un bicorne bien entendu !

Eu égard à la qualité de la cuisine, la question n’est pas de savoir quand on va finalement sortir de cette auberge, mais bien quand on pourra… y retourner.

Nos titres

29 novembre 2008

restaurateurs de franceTrophé Badoit de l’accueil Rhone Alpes (1990)
Premier prix concours nationnal Interfel fruits et légumes (1995)
Restaurant tourisme (2005)
Qualité pro Rhone Alpes (2006)Maitre restaurateur.(2008)
Restaurateur de France (2008)
Qualité tourisme (2008)